Un livre de Pornpimol Senawong traduit par Sodchuen Chaiprasathna

Éditions GOPE, 188 pages, 14.5x20.5 cm, 173 photos couleur, 19.75 €, ISBN 978‐2‐9535538‐1‐9

jeudi 26 mars 2015

Boutique en ligne des éditions Gope


Les éditions Gope viennent d'ouvrir un site internet où vous pourrez retrouver tous nos titres (papier et e-book), nos bons plans et notre actualité.

Rendez-vous sur www.gope-editions.fr pour nos nouveautés "thaïlandaises" !

mercredi 26 mars 2014

Newsletter Éditions GOPE


Pour vous tenir au courant de nos nouveautés, manifestations et autres bons plans, nous lançons une newsletter.



samedi 1 septembre 2012

Ces liens qui unissent les Thaïs


Le long du Palais Royal de Bangkok, les marchands d’amulettes sont côte à côte… Vous avez tous remarqué qu’il existe une variété d’amulettes… Mais saviez-vous qu’elles sont toutes dotées d’un pouvoir différent ? Que des cérémonies leur sont consacrées ? Que certaines sont portées exclusivement par des hommes ? Que le Bencha Phakhi peut se vendre plusieurs dizaines de millions de baht ? Que le mobile de poissons au-dessus des portes des commerçants n’est pas juste décoratif ? Connaissez-vous les secrets de la confection d’une malai (guirlande de fleurs), d’un som tam (salade de papaye), d’un masque de khon (danse thaïlandaise traditionnelle) ? Avez-vous déjà entendu parler du label OTOP ? Du label LE PAON, pour les soies thaïlandaises ? Savez-vous que le jus de tamarin est utilisé pour nettoyer l’argenterie, que mâcher le bétel était une tradition et qu’il existe des combats de poissons ? Que certains mots viennent du pali, du sanskrit, du khmer, du chinois, du portugais et même du français ? Que le drapeau siamois était jusqu'en 1917 un éléphant blanc sur un fond rouge ? Connaissez-vous les 3 symboles de la Thaïlande ?

Lisez donc cet ouvrage et vous découvrirez de nombreuses facettes de la Thaïlande, indéchiffrables par le commun des Farangs. Ce livre, loin d’être une énumération de choses insolites, constitue un véritable "cours" de culture thaïe pour non-initiés, très complet, avec illustrations à l’appui. Intentionnellement pédagogique, il a été rédigé par des étudiants en école de tourisme s’apprêtant à travailler auprès de Farangs, sous la direction du Dr Pornpimol Senawong, auteure thaïe et enseignante à l’Université de Bangkok, qui le signe. "Bref, une sorte de Thaïlande expliquée aux Nuls…" écrit en préface Jean-Philippe Damiani, rédacteur au Guide du Routard. Enthousiaste, ce dernier le compare aussi à un bréviaire, un livre servant de modèle et contenant un enseignement indispensable.
On y trouve neuf chapitres, correspondant à neuf grands thèmes de la vie quotidienne, comme le bouddhisme, l’animisme, les croyances, les superstitions en toile de fond et quelques références historiques pour en expliquer les origines.
Hélas, ce livre nous laisse parfois sur notre faim. Le tatouage, par exemple, figure sur la liste des amulettes mais nous n’en saurons pas plus. En revanche, certains passages nous font entrer dans un univers nouveau, vivre par la simple magie des mots des événements auxquels jamais, à moins d’être très chanceux, nous ne pourrions assister, comme l’ordination d’un moine bouddhiste, le protocole lors de la visite du roi ou la procession des barges royales… Une lecture vivement recommandée par Le Paris-Phuket.

En vente à l’Alliance Française de Phuket

LE PARIS PHUKET - août 2012
Corinne Missler

http://issuu.com/leparisphuket/docs/le_paris_08

samedi 19 novembre 2011

De nouveau disponible !

Les liens qui unissent les Thaïs est de nouveau disponible ! Vous pouvez le commander à votre librairie habituelle ou directement depuis ce blog (paiement en ligne sécurisé).

jeudi 10 novembre 2011

Sommaire et présentation de la nouvelle édition

Voici un aperçu de nouvelle édition de Les liens qui unissent les Thaïs :



SOMMAIRE DE LES LIENS QUI UNISSENT LES THAÏS

INTRODUCTION

CROYANCES
Les amulettes et porte-bonheurs
Les maisons aux esprits
Les superstitions

TRADITIONS BOUDDHISTES
Le bol à aumônes
Les jours sacrés bouddhistes
Les moines bouddhistes
Les feuilles d’or
Les bougies de la retraite monastique
L’eau bénite
La cérémonie d’ordination
Les cérémonies de présentation des robes
Le cordon sacré
Les bornes de délimitation
Les robes safran

CÉRÉMONIES ET FÊTES RELIGIEUSES
Bai si su khwan
Loy krathong
Malai, la guirlande traditionnelle
Phan phum, la sculpture florale de cérémonie
La cérémonie du Labour royal
Songkran, le Nouvel An thaïlandais
La cérémonie de mariage

LA NOURRITURE
Le repas typique thaïlandais
Kaeng, les currys
Nam phrik, les sauces et pâtes condimentaires
Phat, les plats frits et sautés
Tom, les soupes
Yam, la salade aigre et épicée
Les herbes et les épices
Le riz

L’ARTISANAT
Les céramiques bencharong
L’artisanat populaire
Les masques pour spectacles de khon
Les objets laqués
Les objets niellés
La labellisation OTOP
L’argenterie
Les objets en bronze, polis à la pierre
La soie

LANGAGE ET SOCIÉTÉ
La langue thaï
Les relations sociales
Les prénoms

IDENTITÉ NATIONALE
L’hymne national
Le drapeau national
Les emblèmes nationaux
L’hymne royal
Les processions des barges royales
Le sourire thaï
Le wai

LES ARTS DU SPECTACLE
Les divertissements folkloriques
La danse masquée ou khon
Le Ramakien
Les instruments de musique

STYLE DE VIE
Mâcher de la noix de bétel
Le pagne
Le poisson de combat siamois
La boxe thaï
Les cerfs-volants
Le massage traditionnel et le sauna aux herbes

CAHIER PHOTOS


jeudi 5 mai 2011

Les liens qui unissent les Thaïs est provisoirement indisponible, mais...

... vous pouvez réserver votre exemplaire dès maintenant !

La première édition étant épuisée, nous en avons profité pour réviser et mettre à jour le contenu. Plus claire, plus complète, avec de plus belles photos, cette nouvelle édition sera disponible fin octobre, début novembre.
Un petit cadeau typiquement thaïlandais est offert pour toute commande passée depuis ce blog (paiement sécurisé en ligne par PayPal ou CB).

http://voyageurasie-soleillevant.blogspot.com/2011/05/danse-folklorique-sud-thailande-hd.html

samedi 1 janvier 2011

Mâcher de la noix de bétel


Dans le passé, une des activités culturelles et sociales populaires pour les adultes thaïs était de mâcher de la noix de bétel. Chaque ménage possédait un service d’accessoires à bétel disposés sur un plateau à pied contenant les ingrédients nécessaires, ces derniers étant toujours prêts aussi bien pour les membres de la famille que pour les invités. Quand les invités arrivaient, le service était présenté pour souhaiter la bienvenue aux visiteurs.
Un service d’accessoires à bétel consiste en un petit gobelet contenant de la chaux éteinte, un récipient conique où sont placées les feuilles de bétel, des petits pots à couvercles et un petit couteau qui peut être un modèle traditionnel à lame rétractable. Le service peut être en or, en argent, en bronze, en ivoire, en nacre… il reflétait le statut du propriétaire, son rang social.

Une chique de noix de bétel consiste en un ou plusieurs morceaux de noix d’arec – le fruit de l’aréquier dit palmier à bétel (Areca catechu) – fraîches ou sèches, et d’une feuille de poivrier mélangés avec de la chaux éteinte.

Le mot « noix de bétel » est donc trompeur puisque le bétel proprement dit est la feuille qui provient d’une plante grimpante de la famille des pipéracées.

D'autres ingrédients sont parfois ajoutés à la chique comme du tabac ou des clous de girofle pour en modifier la saveur. Les alcaloïdes présents dans la noix sont comparables à la nicotine et ont les mêmes effets stimulants et toxiques.
Mâcher la feuille et la noix prend environ cinq à dix minutes. Les glandes salivaires sont stimulées et le chiqueur a besoin de cracher, une salive rouge vif. Un crachoir est donc un ustensile essentiel à la maison. Il n’est pas impoli de faire une pause lors d’une conversation pour lancer un jet de salive dans le crachoir ou de s’essuyer la bouche de temps en temps.


Dans la culture thaïe, mâcher le bétel était un passe-temps favori chez les hommes comme chez les femmes. Cependant, la préparation des chiques de bétel était le travail des femmes et une forme d’art.

Une chique de bétel pouvait être spécialement préparée et offerte à un homme, c’était pour une femme un moyen de révéler ses sentiments.
À suivre… dans Les liens qui unissent les Thaïs